Au-delà de la coupe de la Lorraine, les joueurs de Portieux vont désormais tenter de gagner un rang dans la hiérarchie vosgienne

1 octobre 2016 - 14:50

Au-delà de la coupe de la Lorraine, les joueurs de Portieux vont désormais tenter de gagner un rang dans la hiérarchie vosgienne. (Photo DR)

Coupe de Lorraine (2e tour)

Même deux jours après et la barrière du combiné téléphonique, l’émotion de Franck Daval est palpable. Pensez donc son petit club de 4e division (le plus bas de l’échelle départementale) des Loisirs Sports et Culture de Portieux a réussi l’immense performance de terrasser l’AS Nomexy (DHR) aux tirs au but en faisant fi des six divisions d’écart.

Un adversaire qui s’est pourtant illustré durant les saisons passées en remportant la coupe des Vosges à plusieurs reprises. C’est en quelque sorte la récompense d’une belle histoire humaine. Explication avec Franck Daval, le président.

2014, la renaissance

« Cela a toujours été une terre de football ici mais le club avait été mis en sommeil en 1998. Je ne suis pas natif de Portieux mais de Remiremont. Je suis venu m’y installer en 2006 et je me suis présenté aux élections municipales. Suite à ça, des jeunes sont venus me trouver pour relancer le club. On a décidé de remonter quelque chose le 30 avril 2014 et il fallait que cela soit fait auprès de la Ligue de Lorraine pour le 15 mai pour débuter la saison suivante en septembre. Bruno Dupuy qui est athlète et président des Loisirs Sports et Culture nous a proposé d’intégrer l’association où il y avait déjà l’athlétisme parce que lui souhaitait arrêter. Cela a été plus vite pour faire les démarches. On a 25 joueurs entre 18 et 45 ans pour une seule équipe seniors avec un gars qui a joué à Golbey et un autre à Thaon. Sinon, ce sont des gens issus à 80 % d’ici. »

Un soutien populaire

« Ici, il y a 1 400 habitants et il n’y a plus de commerces, donc le foot fait vivre la commune. On a tout refait : les vestiaires, la pelouse, les grillages autour du terrain, la main courante. On en a déjà fait pas mal mais il y a encore du boulot. La mairie entretenait encore le terrain mais il fallait remettre les installations en l’état. C’est beaucoup d’investissement. Dimanche, ils devaient bien être 300 à 350 spectateurs avec des fumigènes pour nous encourager. A chaque match, on a pas mal de supporters. On ne s’attendait pas à un tel engouement. Ils sont là aussi pour toutes les manifestations que nous organisons. Cela nous aide beaucoup comme toutes les personnes qui nous soutiennent. C’est aussi grâce à ça que l’on a battu Nomexy. C’était un super moment surtout que cela s’est fini aux tirs au but. Rien que d’en reparler, cela me fait quelque chose. On en a même fait des vidéos. »

Des envies de développement

« Ce n’est pas facile. En trois ans, je trouve que c’est déjà énorme ce que l’on a fait. Il y a des gens qui à l’époque où on a commencé nous ont dit que l’on n’y arriverait pas. Aujourd’hui, ce sont des dirigeants. On a voulu créer une école de foot avec des enfants de 5 à 7 ans mais cela n’a pas pris. On les a renvoyés vers Nomexy. Mais on va relancer cette idée. On va présenter un jeune arbitre pour être en règle si on peut jouer la montée qui est un peu notre objectif. On voudrait aussi mettre sur pied pourquoi pas une deuxième équipe de seniors. »

Propos recueillis par A.P.

 

Commentaires

  • Sylviane Savoy
    1 octobre

    Sylviane Savoy

    Supporter

    60 ans

  • Florian Savoy
    19 octobre

    Florian Savoy

    Joueur

    30 ans